Skip to content

Didier prend la Porte

25 juin 2010

C’est officiel, les deux « clowns » de France Inter ne seviront plus sur la radio de service public. Nos oreilles chastes ne seront plus jamais choqués par de la vulgarité de ces animateurs. C’est sûr, Philippe Val et jean-Luc Hees ont fait un très bon travail qui va ravire à merveille à l' »actionnaire » de France Inter

[MAJ] Une pétition en ligne pour sauver Porte et Guillon se trouve ici : http://petition.harrycow.fr/?done=1

Cela devait cesser. Vulgarité et insolence n’ont pas leur place sur une radio de service public, surtout à des heures de grandes écoutes comme la tranche de 7h55. D’ailleurs n’est ce pas de la faute de leur langage peu recommandé que Nicolas Anelka aurait suggérer à l’entraineur de l’équipe de France d’avoir une relation sexuelle par voie anale tout en émettant une hypothèse quand au réel métier exercé par la génitrice de celui-ci en dénonçant au passage son sérieux problème d’hygiène.

Plus d’humour, d’insolence dans une émission sérieuse, cela fait le plus grand bien.

Ou pas… Car cela révèle un malaise de plus en plus grandissant en France. Car Didier Porte et Stéphane Guillon font partis des humoristes… politique. La décision donc de licencier ces deux humoristes est donc elle aussi politique. Le plus dérangeant dans l’histoire, est que Guillon et Porte ne faisait plus beaucoup d’effort pour écrire leur chronique. Même plus besoin de grossir les traits. De nombreux acteurs de la classe politique ont largement dépassé les caricatures.

Dans sa chronique du 21/06, Guillon décrit un vaudeville avec des personnages politiques. C’est la seule partie  « fiction » de sa chronique. Tout le reste est malheureusement bien le fait de nos personnages politiques. Dans d’autres pays européens, comme le rappelle le Canard Enchainé ces acteurs politiques aurait démissionnés pour bien moins que ça. Sauf qu’en France, en plus de rester en place, ces acteurs politiques attaquent les contre pouvoirs que sont les humoristes politiques et les journalistes non consensuels tel qu’on les trouve chez le volatile ou Médiapart.

Cette histoire de licenciement de Porte et Guillon, n’est pas un élément isolé à l’odeur nauséabonde dans la guerre des médias. En effet, le journal Le Monde est lui aussi témoins d’une bataille médiatique. Plusieurs repreneurs se sont présenté pour reprendre le journal. Parmi les prétendants, le pouvoir se veut de bloquer le trio de Xavier Niel, patron Iliad (free.fr), pour cause de politiquement correct. En effet, Monsieur Niel a fait fortune dans les téléphone et minitel roses. A moins que ce ne soit parce que Xavier Niel s’est battu contre les lois HADOPI et LOPSSI, finance le magazine satirique Bakchich ainsi que le site journalistique Mediapart qui tiens à décrypter les médias et nous apporte un éclaircissement sur ce que deviens le 4eme pouvoir en France.

Si Guillon a quitté France Inter avec fracas, Porte lui est parti avec plus de discrétion, mais va porter plainte contre France Inter aux prud’hommes. En effet, l’humoriste travaille à France Inter depuis 10 ans et se fait virer comme un moins que rien. Pire, alors que Stéphane Bern avait négocié pour que son chroniqueur reste dans l’émission le fou du roi avec l’accord de Philippe Val, Porte perd aussi cette tranche horaire, ce qui rend furieux Stéphane Bern qui réfléchit à quitter lui aussi la station.

Le licenciement de ces humoristes politiques est un non sens et une erreur stratégique. Certes les portraits au vitriol de certaines personnalités politiques peuvent ne pas forcement plaire à leur modèle, qui ferait mieux se réellement s’occuper des Français, plutôt que de donner une image scandaleuse de l’élite qui nous gouverne et qui conduit de plus en plus de Français à ne pas aller voter, mais ces portraits sont nécessaires en république démocratique. D’ailleurs François Bayrou, le leader du MoDem bénéficiant de portrait peu flatteurs au Canard Enchainé ou bien dans l’émission des Guignols de Canal + nous rappelle ceci :

« La démocratie a besoin d’humoristes, même s’ils y vont parfois trop fort, même s’ils sont parfois acides, mêmes si c’est désagréable pour ceux qui sont l’objet de leurs sarcasmes »

Le monde des humoristes en général et plus précisément des humoristes politiques sont dores-et-déjà en ordre de bataille. Ce contre pouvoir puissant ne va pas rester les bras croisées devant ces attaques contre deux des leurs n’ayant pas, contrairement à l’humoriste Dieudonné, de réputation sulfureuse. Gageons que c’est encore le Prince de Sarozie qui va en faire les frais, même s’il n’est pas prouvé qu’il était forcement aux manettes pour ces licenciement, Philippe Val étant capable de prendre ce genre de responsabilité tout seul comme un grand. On se souviendra d’ailleurs de l’affaire Siné qui avait fait grand bruit.

Bénéficiant d’un grand soutien politique, de leurs compères et des auditeurs, ces licenciements sont un véritable séisme dont peut-être certains cadres de France Inter ne se relèveront pas. Ce serait juste retour des choses et personne ne plaindra le nouveau directeur Philippe Val, personnalité très contestée, qui contrairement à ce qu’il avance, est un digne représentant de la droite décomplexée .

Publicités

From → Politique

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :